samedi 14 avril 2018

Virgin Gorda

L'archipel des îles vierges est connu pour avoir été un repaire de choix pour les flibustiers (en majorité Anglais auxquels se mêlaient des Hollandais mais aussi des Français) qui, tapis dans le dédale des îles, attaquaient les flottes espagnoles chargées d'or, venant du continent sud-américain et qui devaient longer les îles vierges pour rejoindre des vents portant  vers l'Espagne.
L'archipel est divisé en deux, à l'Est les BVI (British Virgin Island) qui regroupent Virgin Gorda, Tortola et Anegada, colonie britannique autonome et à l'ouest et au sud ouest les USBVI qui comprennent St Croix, St John, et St Thomas, territoire rattaché mais non incorporé aux Etats-Unis.

La première île des Vierges où nous avons accosté a été "Virgin Gorda". La marina a été dévastée, le cyclone Irma étant aussi passé sur ces îles. Les voiliers présents à la cale de halage étaient tous endommagés, beaucoup irrécupérables, la plupart sans mât...spectacle désolant...





Nous avons tout de même pu faire les formalités administratives d'entrée. Ainsi que l'approvisionnement en eau. 
Pour vous donner un ordre d'idée, nous avons une capacité de 800 litres à bord, avec cette quantité d'eau, qui nous sert à la fois pour nous laver (si si Nico et Dorothée je vous assure qu'on se lave 😅), faire la vaisselle, cuisiner et boire (grâce à un filtre), nous tenons un mois. En France, la consommation moyenne est de 130 L / jour et par personne. Soit 650 L par jour ! presque la totalité de nos réservoirs en un jour !

Avoir peu d'habits, se laver, faire la vaisselle, la lessive avec peu d'eau, consommer ce que l'on trouve localement, rationnaliser la nourriture, ne pas gâcher, utiliser l'électricité avec parcimonie, mettre à distance la société de consommation...en fait, arriver à faire beaucoup avec peu. Tout ça nous fait apprécier les choses à leur juste valeur.



Le deuxième mouillage sera celui des Baths, situé à l'extrême sud de l'île. Connu pour ses rochers "posés" sur la plage, ces derniers forment des cavités laissant l'eau s'engouffrer et offrent des petites criques labyrinthiques où nous avons adoré nous perdre.










Puis cap vers Anegada, la "terre engloutie", un atoll de 19 km  de long sur 5 de large .  Mais après une belle traversée de 2h30, le seul mouillage où nous pouvions aller était très très rouleur, nous avions l'impression d'être en pleine mer, les couverts ne tenaient même pas sur la table ! Nuit vraiment pas terrible, sauf pour nos enfants tout-terrains qui ont la chance de pouvoir dormir dans n'importe quelles conditions ! Dès le lendemain matin, nous avons relevé l'ancre et nous avons mis les voiles en sens inverse, petit déj en mer et retour sur Virgin Gorda. Plus précisément à gorda sounds, ce grand plan d'eau protégé par une longue barrière de corail.

Nous avons mouillé à côté d'iles de milliardaires !  Eustatia Island propriété du patron de google, voisine de Peter Island appartenant à Richard Brandson, patron de Virgin. L'île a beau être privée, nous avons demandé si nous pouvions gréer nos ailes sur la plage et les propriétaires ont accepté sans problème, très sympa, très friendly !

Necker island, l'île de Richard Brandson.

Eustatia Island




Nous y avons passé une dizaine de jours. Nous nous sommes perfectionnés en foil et avons initié Matteo au kite. La première séance  a été consacrée à l'amener avec l'annexe bien au vent, proche de la barrière de corail (pour anticiper la dérive du débutant) et à lui apprendre à sortir de l'eau avec la planche. Assez sport tout ça, chacun notre tour dans l'eau à le guider, l'autre dans l'annexe en sécurité pour renvoyer l'aile en l'air quand il la faisait tomber... Le lendemain, nous passions déjà moins de temps dans l'eau et à renvoyer l'aile, nous le suivions en annexe y allant chacun notre tour de nos conseils !  Finalement on s'est vite rendu compte qu'il n'avait plus besoin de nous et qu'il s'ajustait lui même en tentant différentes choses avec son aile et sa planche... On était tout heureux de le voir tirer ses premiers bords, on l'encourageait comme à ses premiers pas, c'était vraiment super de partager ces moments avec lui !
A la troisième séance, le ti punch à la fin de la journée était de rigueur, il savait tirer des bords et remonter au vent sans problème !






Pendant ce temps, les filles se sont bien amusées sur la plage, entre baignade, art éphémère et body painting !







Nous avons aussi été faire de la plongée sur la barrière et avons pu admirer de très beaux fonds et poissons. Raies pastenagues et léopards, tortues, poissons perroquets, diodons...de quoi ravir nos yeux et remplir nos mémoires.





Le soir, la lumière du bateau attirait les barracudas de la taille d'Eva et les enfants jouaient à les éclairer avec le spot pour se faire peur ! Et puis avec presque aucune pollution lumineuse, nous pouvions observer les étoiles et apprendre à reconnaître quelques constellations, ça a du bon l'école buissonnière !
On nous demande souvent comment on arrive à vivre ensemble 24h / 24, c'est vrai qu'arriver à entremêler le familial et l'individuel, ce n'est pas toujours évident dans l'étroitesse d'un voilier. Mais la bulle itinérante suscite un sentiment de resserrement, de protection et la promiscuité est gage de proximité et de complicité.

Il et temps d'aller vers Tortola, une plus grosse île des BVI pour se ravitailler un peu, les grosses courses du début du voyage ont bien diminuées et les enfants en ont marre de manger des pattes ! Les bons reblochons de Delphine commencent à manquer, petit clin d'œil aux Entremontains !














vendredi 30 mars 2018

Barbuda et Saint Barthélémy

Après avoir quitté notre petit paradis "Green Island", nous avons mis les voiles 30 miles au Nord, vers Barbuda, une île toute plate de 160 km2 située au milieu d'un grand plateau coralien. Connue pour ses interminables plages de sable blanc et son côté encore sauvage, elle est aussi malheureusement connue depuis peu pour avoir été la première île touchée par le cyclone IRMA en septembre dernier.

Le complexe hôtelier "Coco Point Lodge", situé juste devant notre mouillage a été ravagé. Notre expédition dans ce qui en reste nous a secoué, nous laissant imaginer la violence  de ce cyclone. 360 km/h de vent, des vagues énormes, beaucoup de pluie... Un air de fin du monde en voyant ces débris, la totalité des habitants a été évacuée vers Antigua juste avant Irma....Elle est depuis appelée "l'île fantôme". Heureusement pas de mort à dénombrer mais toute l'île a été ravagée...végétation et habitations détruites... 7 mois plus tard, la nature a commencé à reprendre ses droits mais il faudra encore beaucoup de temps pour tout reconstruire.






Les plages restent tout de même magnifiques !





Nous y avons passé seulement deux jours car la météo annoncée n'était pas favorable pour partir avant 5 jours. Départ à 6 heures du matin direction St Barthélémy située à 60 miles de Barbuda.
Pour les connaisseurs : vent arrière (allure un peu difficile), génois tangonné, voiles en ciseaux avec retenue de bôme, plusieurs empannages et vogue la galère... Une pleine journée de nav, content d'arriver à Gustavia le soir.
Après une nuit très très rouleuse dans le mouillage agité, nous avons été nous balader et faire les formalités de douanes. A peine avions nous mis un pied à terre que nous entendions déjà dans les enceintes de la capitainerie résonner une musique de notre cher Johnny !!! We love Rock n' roll !




Le fameux aéroport de St Barth, connu des aviateurs pour être justement très Rock n' roll !


Dès l'après midi, cap vers le mouillage "Colombier" (pas aussi bien qu'au 53 chez Mystique Mamie mais pas mal quand même 😃), eau translucide, tortues à foison, belle plage, le pied.




Les enfants passaient leurs journées à explorer la baie avec leur kayak, qui leur offrait une liberté très appréciée, une indépendance qui plaît, qui fait grandir aussi, nos plus si petits s'aventuraient seuls dans le mouillage. Eva encadrée par les deux pagayeurs, le masque sur les yeux, la tête dans l'eau, nous ne voyons que ses fesses dépassées de leur radeau en plastique, observait le fond de l'eau à la recherche des tortues. Dès qu'elle en voyait une, elle criait quelques mots dans son tuba que seuls son frère et sa sœur pouvaient traduire, alors à son signal les trois plongeaient et suivaient la gracieuse quelques minutes puis remontaient à bord de leur tapis flottant qui les emportait à la poursuite de nouveaux rêves.
Ces jeux, ces farces, ces chamailleries, ces éclats de joie qui font le ciment d'une enfance heureuse me rappelle la mienne.



La météo, dont dépend souvent nos choix concernant notre trajet, annonçant du Nord - Nord/Est et une houle de nord sur deux jours (merci papa pour le point météo depuis la Nouvelle-Calédonie !) nous a fait changer nos plans. Nous n'irons finalement pas à St Martin que nous connaissons déjà et qui nous aurait juste permis de faire un peu d'appro et de l'eau.
Nous avons donc fait le choix de filer directement vers les îles vierges. Départ à 18 heures, au couché du soleil pour une navigation de nuit et une arrivée prévue 92 miles et 14 heures plus tard, soit quelques heures après le levé du jour. Une navigation en duo, les moussaillons dormant dans le bateau, escortés par une pleine lune et des étoiles filantes à toute allure. Quelques heures à barrer chacun notre tour, pendant que l'autre tente de se reposer. Rester vigilant, se concentrer sur le voilier, la mer, le vent, et rêver éveillé. Du temps propice à la réflexion, des pensées légères, plus profondes parfois, des moments particuliers, entre parenthèses, que seule une navigation de nuit permet.
C'est donc depuis les îles vierges, à peine arrivés dans ce chapelet de 60 îles que nous vous donnons ces nouvelles toutes fraîches. A bientôt pour la suite.


jeudi 22 mars 2018

Antigua

Après ces moments fabuleux partagés avec les dauphins, que nous garderons évidemment dans les archives classées "inoubliables" de nos mémoires, nous sommes partis direction Antigua située à 40 miles de Deshaies.

Ce fut une belle traversée en 6h30, avec un bon vent, pas trop de vagues et une bonne pêche ! Les deux lignes de Matteo et Mila ont pris une dorade coryphène chacune !!!

Chacun à  son poste, de mon côté je tiens la barre, pas facile de garder le cap et les voiles gonflées avec toute cette agitation à bord, surtout que j'essaie aussi de prendre des photos (on doit bien avouer que le cerveau multitâches, typiquement féminin, est un sacré atout 😅).
Matteo lui, en prenant soin de ne pas passer à l'eau, remonte le poisson en gardant de la tension dans la ligne pour éviter que le poisson ne se décroche. Sur la fin, Jérôme entre en jeu et aide Matteo à remonter le poisson dans le cockpit, ...
Mila, quant à elle, est responsable du rhum, (et oui il faut les initier jeunes ces enfants), elle doit aller chercher la bouteille  dans la table du carré et remplir une seringue pour ensuite l'injecter dans la gueule du poisson une fois qu'il est remonté à bord, ce qui provoque une mort instantanée par coma éthylique, plus sympa que les multiples tentatives souvent infructeuses de coups de manivelles derrière la tête !!!
Eva de son côté, observe la scène dans son coin et aide à la  manoeuvre en donnant à son papa la planche à découper et les ustensiles pour découper et conditionner la bête ! Tout ça avec 30° de gîte ! Bref un beau travail d'équipe et une belle montée d'adrénaline à chaque fois !


Nous avons mouillé dans la baie de Falmouth Harbour et avons été faire les formalités de douanes à English Harbour. Cette île anglaise est surnommée "l'île aux 365 plages" ! Elle est aussi réputée pour sa prestigieuse "Semaine d'Antigua" qui accueille les plus beaux voiliers du monde pour une semaine de régate de haut vol !



Le repaire de Nelson est très sympa, les bâtiments restaurés avec ses appareillages de pierres et de briques sont splendides, notamment les piliers de pierre de l'ancien sentier de halage qui se dressent encore à côté d'un luxueux restaurant. Les pubs et bars animés du coin finissent par donner le ton à ce endroit bien sympathique.


















Le lendemain, nous avons pris la direction de Green Island située sur la côte sud et après avoir négocié avec précaution la passe entre Conk Point et Green Island nous sommes arrivés dans un petit paradis !
Le mouillage est très calme, des bouées sont mises à disposition gratuitement et l'île, qui n'est pas habitée, offre plusieurs plages de rêve !






Nous étions souvent seuls sur cette petite plage, à observer les dégradés de bleus hallucinants, faire de la plongée, du kayak, du land art....
L'extraordinaire servi à dose quotidienne pourrait devenir presque ordinaire mais on continue de s'extasier chaque jour de ces paysages fabuleux et de cette douce torpeur qui nous entoure !









Et puis, il faut aussi le dire, c'est un super terrain de jeu pour Jérôme et moi ! C'est le paradis du kite ! Et étant donné que nous sommes toujours à la recherche téméraire de nouvelles sensations, nous avons pu tester notre nouveau jouet : le foil ! 
Après deux jours à trouver les bons appuis (qui sont totalement différents du kite classique), à se prendre des gamelles, à se faire (un peu) peur et à ramasser l'aile dans l'eau avec l'annexe... nous avons compris le truc et avons pu profiter à fond de ces nouvelles sensations. C'est magique, on est comme en apesanteur, il n'y a plus de bruit, on peut naviguer avec trois fois rien de vent, c'est un truc de fou, je ne m'en remet toujours pas !




Les enfants ont adorés cet endroit eux aussi, en particulier, manger à terre sur notre petite plage privée où tous les midis, ils "dressaient" une table de Robinson avec des coquillages et des branchages choisis avec beaucoup d'attention... Et quel plaisir aussi d'accueillir à notre table de beaux petits oiseaux venus se régaler du bon pain "bateau" fabriqué par Jérôme !










Eva aura aussi profité de cette escale pour aller chez le coiffeur...bon le résultat est un peu flou mais c'est tendance le "coiffé-décoiffé" non ? 😁
Après coiffeuse, j'ai endossé le rôle d'infirmière et j'ai retiré les points de suture de Mila (on vous épargne les photos !) qui est maintenant totalement guérie !



Pour ma "prestation" j'ai été payé en cocktail "sable chaud, eau de mer et ses algues parfumées à l'iode" ! Merci Eva !
Maintenant cap vers Barbuda !
A bientôt !